Champignons de Paris farcis à la mozzarella et au jambon

Quand je pense à tout le temps qui a passé depuis que j’ai posté ma dernière recette cela me fait un peu peur. L’été a été bien bien rempli tout comme le début de l’automne et je n’ai jamais eu aussi peu de temps pour cuisiner je crois. Avec l’automne qui s’installe désormais bien, les choses se calment tout tranquillement et je suis toute heureuse d’enfin pouvoir reprendre un peu de temps pour moi et le blog.

Ce midi, j’ai donc fait quelque chose de tout simple et de rapide (parce qu’il faut pas rêver, les journées sont tout de même bien chargées!!) mais de super sympa pour un petit repas. J’avais testé cette recette il y a quelques semaines lors d’un weekend en France avec des amis. Nous avions quelques champignons dans le frigo et quelques restes et je m’étais dit qu’on pouvait faire un truc sympa avec des champignons de Paris, de la mozzarella et du jambon. C’est comme ça que j’avais testé cette recette pour la première fois et elle m’avait bien plu. Continue reading « Champignons de Paris farcis à la mozzarella et au jambon »

Publicités

Les fameux arancini siciliens

Ha les arancini… comment dire, c’est une grande histoire d’amour. Déjà, j’adore l’idée de cette petite boule de riz frite qui renferme une belle surprise. Et cela me rappelle les innombrables arancini à l’emporter que j’ai mangé sur le pouce lors de mes passages en Italie, et surtout bien sûr en Sicile. Car les arancini sont siciliens, et là-bas on en trouve un peu près partout, à prendre à l’emporter et manger rapidement sur un banc ombragé d’une belle place sicilienne. Mais bref, je divague (peut-être une envie de vacances?).

La forme des arancini ressemble un peu à celle d’une orange, et c’est pourquoi elles ont été nommée ainsi (en italien, orange se dit arancia). Car en Sicile, la douceur du climat permet une importante culture d’oranges. Mais vous y trouverez les arancini soit ronds, soit en forme de petits cônes. Pour des raisons pratiques et de savoir-faire (que je n’ai donc pas) j’ai choisi la version ronde car elle me semblait plus facile à réaliser. Aujourd’hui, je vous propose la recette « traditionnelle », c’est à dire avec un riz au safran, du bœuf comme une bolognaise (« ragù » en italien), des petits pois et du fromage.

La quantité de ma recette est pour 12 arancini de taille moyenne, d’un diamètre de 5-6 cm. Je ne vous propose pas de les faire trop gros car j’ai trouvé qu’ils étaient ensuite plus difficile à former et à frire car très lourds. Pour débuter (c’est mon cas !) les petits arancinis sont plus faciles à réaliser et se défont moins à la friture.

Le riz et la viande peuvent se préparer un jour à l’avance, c’est même conseillé pour que le riz soit bien froid et donc facile à manipuler et que la viande soit bien savoureuse car elle aura bien reposé. Continue reading « Les fameux arancini siciliens »

Salade d’asperges vertes et œuf poché

Vite, vite vite il faut profiter ! Les asperges suisses sont là et la saison est si courte (en tout cas trop à mon goût) qu’en ce moment je mange les asperges à toutes les sauces. Je profite de cette saison magique qu’est le printemps pour en faire le plein, sachant qu’il faudra ensuite que j’attende de longs mois avant d’à nouveau pouvoir les savourer. C’est d’ailleurs peut-être ce petit côté « rare », tellement lié à une saison, qui me fait tant apprécier ce joli légume vert. Ou simplement son goût incroyable que j’adore… Bref, comme vous l’avez déjà certainement remarqué avec mes précédentes recettes à base d’asperges… j’adore ça !

Ce n’est cependant pas aujourd’hui que je ferai la grande révolution de l’asperge… Je vous propose ici une recette simple, voir même un classique: la salade d’asperge avec des œufs. Mais comment ne pas revenir à ces basiques quand c’est si bon ? Et comme d’habitude, on peut partir d’une recette simple et y ajouter une petite touche personnelle pour la faire évoluer et s’amuser. Ici, c’est à mon avis la petite sauce à base de zestes de citron qui fait la différence!

Continue reading « Salade d’asperges vertes et œuf poché »

Croissants au jambon aux olives et au thym

Miam des croissants au jambon ! Je sais que je me répète, car je vous ai proposé il n’y a pas si longtemps une recette de croissants au jambon cru, mais c’est justement ce qui est chouette avec ce genre de plats, c’est qu’on peut vraiment varier les ingrédients et faire marcher sa créativité. Il y a quelques semaines, j’avais juste en fait envie de faire des croissants au jambon tout simples, mais un petit bouquet de thym dans mon frigo m’a fait de l’oeil, et je me suis dit que le thym devait être trop bon avec du jambon ! Puis j’ai vu le petit reste d’olives vertes qui me restaient, et je me suis dit que c’était trop dommage de les gâcher… donc je les ai ajoutées aussi. Le résultat était vraiment super, et comme je fais toujours super attention de ne pas jeter de nourriture, j’étais ravie d’utiliser ces « restes » pour en faire une chouette recette!

Pour 16 croissants au jambon

2 pâtes feuilletées rondes d’un diamètre de 32 cm environ
200 g de bon jambon cuit
1 cuillère à soupe de moutarde forte
50 g d’olives vertes dénoyautées
1 pincée de piment d’Espelette
6 branches de thym
poivre
1 jaune d’œuf

Préchauffer le four à 220 degrés.

Couper grossièrement les tranches de jambon et les passer au mixeur assez brièvement pour obtenir des petits morceaux mais sans avoir le jambon qui se transforme en une pâte. Verser le jambon dans un bol, la moutarde, les brins de thym préalablement lavés et effeuillés et la pincée de piment d’Espelette. Hachez ou couper grossièrement les olives afin qu’elles aient encore un peu de texture et les ajouter à la préparation. Poivrer et mélanger le tout. Le jambon est déjà bien salé, normalement pas besoin de sel, mais goûter et si besoin rectifier!

Déposer les pâtes feuilletées étalées sur un plan de travail et les découper en huit triangles égaux. Prendre une cuillère à soupe de farce et la déposer en haut d’un triangle de pâte (sur sa partie la plus large, au centre) puis enrouler la pâte et la farce jusqu’au bout du triangle. Ramener et pincer les bouts pour fermer le croissant. Répéter l’opération avec chaque morceau de pâte.

C’est déjà presque fini ! Badigeonner les croissants avec un jaune d’œuf pour qu’ils puissent bien dorer. Enfourner pour 20 minutes de cuisson. Au moment de manger, vous verrez le thym se marie à merveille avec le jambon et les olives et cela donne un super petit repas accompagné d’une salade!

Keftas d’agneau et de bœuf (kofta b’siniyah)

Voilà une recette que j’adore vraiment faire. Je suis un fan des boulettes de viande, allez savoir pourquoi… Je trouve que ça fait toujours son petit effet alors que c’est super simple à réaliser. C’est sympa et ludique ! Je vous ai déjà parlé du livre « Jérusalem » d’Yotam Ottolenghi et Sami Tamimi, je vous avais notamment proposé leur recette d’une salade extraordinaire que je fais très souvent chez moi.

Chaque fois que j’ouvre ce livre, je me lance dans une nouvelle recette que j’ai envie de tester. Cette fois, j’ai porté mon dévolu sur ces keftas. Les keftas (ou kofta) sont des sortes de boulettes de viande (quoiqu’elles ne soient pas vraiment rondes en fait) qu’on trouve dans les pays du Maghreb, au Moyen-Orient, et également dans la région des Balkans. La viande est mélangée le plus souvent à des oignons et des épices, ce qui lui donne beaucoup de saveurs. Dans la recette que je vous propose aujourd’hui, il y a de l’agneau et du bœuf, et je trouve que l’agneau fait vraiment toute la différence car son goût se marie à merveille avec les épices. Mais pas de panique, si vous n’aimez pas l’agneau, vous pouvez aussi tester juste avec du bœuf!

Dernière petite info: le mélange de quatre épices est un mélange qu’on trouve beaucoup dans la cuisine orientale. Il est composé le plus souvent de de cannelle (ou de gingembre), de girofle, de muscade et de poivre. Et de vous fiez pas à la longueur de la recette, elle est en réalité très facile et assez rapide à préparer… j’étais juste un peu bavarde aujourd’hui 😉 Continue reading « Keftas d’agneau et de bœuf (kofta b’siniyah) »